La bigorexie

Le sport est bon pour la santé. C’est du moins ce que l’on nous répète à longueur de temps. Mais comme toute chose qui devient obsessionnelle, trop de pratique peut être dangereux pour vous. La bigorexie est l’excès de sport. Elle peut toucher 15% des sportifs qui passent plus d’une heure par jour à s’entraîner. Quand vous devenez accro et que l’adrénaline devient un vrai « besoin » pour vous, il est temps de faire un pas en arrière.

La perversion de cette obsession est que c’est une drogue « naturelle ». C’est votre pratique assidue qui génère différentes substances dont votre corps raffole. Mieux que n’importe quel opioïdes. Cela pousse au dépassement de soi, à une amélioration des performances, à atteindre potentiellement des sommets. Mais à quel prix ?!? À trop poussé, le corps peut lâcher. Et si on ne sent pas la douleur, boosté par l’adrénaline, on agrandit la blessure et on le paie cher. Fractures, l’infarctus, les déchirures au niveau des muscles et des tendons et surtout la fatigue générale. La bigorexie peut également entrainer la dépendance aux anabolisants et aux protéines surtout chez les culturistes par exemple.

En plus des conséquences physiques et psychologiques, cette pratique excessive du sport peut avoir des répercutions sur le travail et la vie privée. On peut facilement imaginer les effets lorsque les obsessions prennent toute la place dans la vie d’une personne, au détriment de son entourage. Heureusement, ce trouble comportemental peut être traiter par un psychologue ou un addictologue. Reste à convaincre la personne atteinte de bien vouloir se soigner.