L’orthorexie, l'obsession de manger sainement

Manger sain est important pour la santé. Mais lorsque cela devient une obsession, on peut parler d’orthorexie. Les troubles alimentaires ne concernent pas que les « mauvaises habitudes ». Comme pour l’hypnophilie, le trop est l’ennemi du bien.

Alors, comment savoir si vous souffrez d’orthorexie ? Vous avez adopter un ensemble de conduites alimentaires que vous vous imposez. L’idée n’est pas de maigrir mais de manger sainement. Vous optez pour les produits locaux, artisanaux. Vous évitez le trop gras, l’industriel et la junk food. Et tous les aliments qui ne respecteraient pas vos règles alimentaires. Et cela de façon plutôt extrême. On ne parle pas non plus ici de boulimie ou d’anorexie. Mais plus d’un contrôle de son corps que d’un comptage de calories.

En suivant un régime spécifique sans raison médical (et basé sur ses croyances et non sur des faits scientifiques), les personnes souffrant d’orthorexie vont, à terme et au-delà des frustrations engendrées par la privation, se retrouver face à des carences diverses (vitamines, minéraux et autres nutriments), la malnutrition, des problèmes pathologiques ou souffrir d’autres troubles comme des TOC (troubles obsessionnels compulsifs). Ces carences peuvent également affecter les os (risque d’ostéoporose précoce), les muscles (dont le cœur), le fonctionnement hormonal ou encore le cerveau.

Catégorisée dans les troubles obsessionnels, voire les phobies, l’orthorexie crée des angoisses chez le sujet. Elle touche particulièrement des personnes qui ont une faible estime de soi ou un manque de confiance en soi. Ce qui engendre la culpabilité lorsqu’elles craquent et ne respectent pas leurs règles. L’orthorexie se retrouve souvent dans les pays industrialisés, et souvent chez les sportifs. En effet, ils sont trop soucieux de l’impact de leur régime alimentaire sur leurs performances.